N2 : Pessac, une défaite pleine de promesses

Apres avoir rencontré Tarbes-Pau (anciens pensionnaires de N1 la saison dernière), lors de l’ouverture du championnat N2, les Maohis se déplaçaient à Anglet ce week-end.

Voyage plus que délicat quand on sait que les basques on terminait à la 5° place du championnat N2 la saison dernière et que l’équipe actuelle est composée de certains joueurs issus de l’équipe Élite (vice-champions de France et vainqueurs de la coupe de France) et de jeunes issus de l’équipe championne de France junior en titre.

C’est donc avec le statut d’outsider que les joueurs du SPUC entamaient cette rencontre. Pressing efficace et repli discipliné leur permettaient de rentre dans la parti de la plus belle des manières en ouvrant rapidement le score sur un tir du revers de Cédric Luquet.

Les joueurs locaux inscrivaient deux buts coup sur coup pour reprendre l’avantage 2 buts à 1. Mais le collectif pessacais se mettaient en marche sur une supériorité numérique bien négociée et Guillaume Herraiz remettaient les équipes à égalité.
C’est donc sur ce score « surprenant » de 2 à 2 que les 2 équipes retraient aux vestiaires.

Les deux équipes revenaient sur la piste avec la ferme intention de prendre l’avantage et pendant 10 minutes, ce fut un véritable match de boxe, le palet se rendant d’une cage à l’autre et les équipe se rendant coup pour coup. Malheureusement pour les pessacais, ce fut les joueurs angloys qui trouvèrent la faille les premiers pour inscrire 2 buts (4-2). La réaction pessacaise ne se fit pas attendre et le plus basque des Maohis, Martial Esnal, réduisait l’écart (4-3).

Avec moins de 5 minutes à jouer, les pessacais tentaient le tout pour le tout (en faisant même sortir le gardien au profit d’un 5ème joueur, mais ce furent les locaux qui marquèrent 3 nouveaux buts sur des contres assassins… Le score final de 7 buts à 3 pour les locaux ne reflète pas l’écart dans le jeu et les joueurs du SPUC peuvent être fiers de leur performance. Les angloys n’ont pas volé leur victoire et c’est le réalisme offensif qui a fait la différence dans ce match.

Apres deux défaites en autant de match (face aux deux équipes leader du championnat) les Maohis sont dans l’obligation de s’imposer lors de la prochaine rencontre, le 17 octobre à 20h30 face à Angers à Pessac (Salle Roger Vincent 2).

Vous lisez actuellement un communiqué de presse envoyé par le club de Pessac.

L’équipe de Pessac pour ce match

S.Verdois – N.Marquis – S.Lesur – S.Cadren – C.Luquet (1 but) – M.Rauscher – Y.Lippens – S.Lassus – M.Esnal (1 but) – JP.Lechapelain – G.Herraiz (1 but) – R.Labaigt -

8 commentaires

  1. iclem dit :

    “que les basques on terminait ”
    Ça pique les yeux.
    Merci quand mĂŞme pour le rĂ©sumĂ© :)  

  2. doryan dit :

    oups, effectivement!
    je plaide la prĂ©cipitation votre honneur…  

  3. bernard le c dit :

    Certains autres sites corrigent….^^  

  4. iclem dit :

    bernard le c: Certains autres sites corrigent….^^

    Oui pas c’est pas mieux ^^

    “quand on sait que les basques on terminĂ©s”

    Allez je vous le donne “Ă©mile”, la bonne rĂ©ponse Ă©tait :
    “quand on sait que les basques ont terminĂ©” (verbe avoir, pas d’accord du participe passĂ©)

    MaĂ®tre Capello  

  5. Colargol® dit :

    sauf s’il est placĂ© avant aurait prĂ©cisĂ© MaĂ®tre Capello ;-)  

  6. patt'foll dit :

    S’il n’y avait que ça…

    “leur permettaient de rentre dans la parti”
    “le collectif pessacais se mettaient en marche”
    “Guillaume Herraiz remettaient”
    “les 2 Ă©quipes retraient aux vestiaires”
    “ce fut les joueurs angloys”

    et j’en passe…

    Juste une petite relecture, ça casse pas 3 pattes Ă  un canard du sud-ouest… ;-)  

  7. bernard le c dit :

    iclem: Oui pas c’est pas mieux ^^
    “quand on sait que les basques on terminés”
    Allez je vous le donne “émile”, la bonne réponse était :
    “quand on sait que les basques ont terminé” (verbe avoir, pas d’accord du participe passé)
    Maître Capello

    Mais j’vois pas de quel site vous parlez….^^  

  8. laur dit :

    c’est quand qu’on met dans le nourrin ?  

Participez Ă  la discussion