Interview de Yohann Jalinier

Peux-tu te présenter aux internautes de Roller Hockey France ?

J’ai 21 ans. J’ai fait de la glace pendant 10 ans au VĂ©sinet. Dès que le roller a commencĂ© (quand j’avais 14-15 ans), on s’est inscrit Ă  Maisons-Laffitte. J’ai tout de suite aimĂ© le roller. De plus, on a gagnĂ© quelques titres et j’ai Ă©tĂ© pris en Ă©quipe de France espoir. A la première annĂ©e de la N1, je suis allĂ© Ă  PXIII et j’y suis depuis.

Qu’est-ce que la NARCH ?

NARCH, c’est le North American Rollerhockey Championship. C’est un tournoi privĂ© mais il est considĂ©rĂ© par tous comme LE championnat nord-americain. Il consiste en de nombreux tournois qualificatifs et une grande finale sur 15 jours. Cette finale est le plus grand Ă©venĂ©ment de hockey au monde: cette annĂ©e il y a 400 Ă©quipes et plus de 5000 joueurs dont tous les meilleurs joueurs nord-amĂ©ricains.

Comment as-tu eu l’opportunitĂ© d’inscrire une Ă©quipe dans le prestigieux tournoi NARCH ?

J’ai travaillĂ© pendant 6 mois Ă  San Francisco. LĂ -bas, j’ai retrouver Milan Kapacee qui faisait aussi un stage de 6 mois et Camille Vincent est venu nous rejoindre pour 1 mois. On s’est bien integrĂ© dans le monde du roller et rapidement on a compris que les meilleurs joueurs n’avaient qu’un seul mot Ă  la bouche: NARCh. Un jour, autour d’un burger Carl’s Junior, on a decidĂ© tout d’un coup d’essayer d’aller Ă  NARCH. On s’est renseignĂ© au maximum et de par mon boulot dans une ligue locale, j’ai eu un contact direct avec le prĂ©sident de NARCH. Après nĂ©gociation et attestation de notre niveau par des gens extĂ©rieurs, il a bien voulu nous donner deux invitations pour les finales en D1(moins de 24 ans) et en senior platinum (platinum Ă©tant le meilleur niveau).

Comment l’Ă©quipe s’est elle construite ?

Il nous fallait des joueurs de moins de 24 ans, qui aient un certain niveau, et qui Ă©voluent dans un bon esprit. J’ai commencĂ© par contacter les joueurs qui Ă©taient avec moi en EDF Espoirs Ă  Turin et avec qui j’avais gardĂ© de très bons contacts. On a eu très peu de refus et presque tous les joueurs se sont arrachĂ©s (surtout financièrement…) pour pouvoir participer Ă  l’aventure. Ainsi Maxime Naud, Hugo Notturno, Jeff Zapata, Seb Vetticoz et Hugo Rebuffet ont-ils signĂ©. Ensuite on a ajoutĂ© Kilian Hauray que Max nous a presentĂ©s, puis Yann Dupont avec qui on avait gardĂ© contact de l’Ă©poque du VĂ©sinet.

Quelles ont Ă©tĂ© les plus grandes difficultĂ©s au niveau de l’organisation ?

Une des principales difficultĂ©s a Ă©tĂ© le fait qu’il fallait prendre les billets en janvier si on voulait avoir des tarifs corrects donc on a dĂ» se decider très vite et avancer de l’argent très vite. Ensuite un des problèmes est qu’on est un peu aux quatres coins de la France donc pour centraliser les infos et les dĂ©cisions, c’etait pas Ă©vident.

Est-ce que les Frenchies ont réussi à trouver des sponsors ?

Oui, on a trouvĂ© quelques sponsors. On remercie d’ailleurs sincèrement Claude Ghioni d’Interglace, Sport Contest (Mission France), les Yeti’s de grenoble avec Gilbert Notturno, et enfin Cam qui nous a dessinĂ© plaquettes, polos, casquettes et les plus beaux maillots de l’histoire.

Quel est l’objectif de l’Ă©quipe pour le tournoi ?

Notre objectif est d’en profiter au maximum, de se faire un trip de fous entre potes, et de participer Ă  ce qui se fait de mieux dans notre sport. Après, niveau resultats, on vise de participer aux playoffs dans une des categories. Ah oui, très important, il faut battre Dry Ice (c’est l’equipe de nos potes de San Francisco).

Un mot pour la fin ?

Suivez les resultats et peut etre des matchs televises en directs sur www.narch.com
It’s gonna be so fucking hudge, man!

Participez Ă  la discussion